Aller au contenu
Accueil » Blog » « La vache pourpre » de Seth Godin : Résumé et idées principales

« La vache pourpre » de Seth Godin : Résumé et idées principales

La vache pourpre de Seth Godin s’est vendu comme des petits pains chauds dès les premiers jours de sa parution. Le thème central étant le marketing, il ne fait aucun doute que le livre a été promu de la meilleure des façons . Publié au début des années 2000, nombre des idées qu’il développe sur la nouvelle société de consommation et la publicité sont toujours d’actualité.

Si vous vous intéressez à ces sujets, vous connaissez probablement déjà cet ouvrage ou vous l’avez peut-être même déjà lu. Si ce n’est pas votre cas et que vous voulez savoir ce qu’il peut vous apporter, lisez notre résumé de La vache pourpre !

 

Résumé général de La vache pourpre

Le concept principal que Seth Godin met en avant tout au long de son livre La vache pourpre, c’est le triomphe de l’innovation. Pour se démarquer et faire aboutir notre idée sur un marché de plus en plus saturé, nous devons devenir cette vache pourpre.

Les nouvelles technologies de l’information et l’Internet, qui ont laissé derrière eux la télévision et les magazines comme seules plateformes publicitaires, ont complètement changé notre façon de consommer. Le grand nombre de stimulis et d’alternatives dont nous disposons oblige les marques à penser au-delà. En créant des produits qui attirent dès le premier instant.

Godin, à travers ses postulats théoriques et exemples pratiques d’entreprises du secteur tertiaire (comme Apple, Dutch Boy ou Procter&Gamble), documente que pour réussir, il faut prendre des risques. Quelle que soit la taille de l’entreprise, les grandes marques comme les petites sont condamnées à être invisibles si elles n’exploitent pas et ne misent pas sur leur valeur différentielle.

Cet aspect qui les différencie ne doit pas nécessairement être quelque chose de « colossal ». Il peut s’agir d’un positionnement unique sur le marché (comme Coca-Cola et le bonheur). Ou un design d’emballage innovant.

On peut soutenir que le livre lui-même La vache pourpre est le meilleur exemple de la doctrine que Seth Godin a développé. Parmi les nombreux livres et essais sur le marketing et les affaires, c’est bien celui-ci qui est parvenu à devenir la vache pourpre. Et à proposer une nouvelle façon de faire des affaires.

 

Résumé des idées principales de La vache pourpre

Pour comprendre là où La vache pourpre cherche à nous emmener, il est important de mettre en avant quelques idées et thèses. Celles auxquelles Seth Godin consacre le plus de temps et qui constituent le piliers de sa théorie.

 

Les P du marketing

Traditionnellement, dans le domaine du marketing, il existe 4 Ps censés faire le succès.

  • Produit.
  • Prix.
  • Promotion.
  • Placement.

Jusqu’à présent, si la stratégie d’une marque respectait ces quatre prémisses et qu’il y existait une cohérence entre elles, le succès était garanti.

Mais Seth Godin affirme que dans le nouveau paradigme, cela ne suffit plus. Il nous faut maintenant un P supplémentaire. Celui de la « vache pourpre ». Ce terme fait référence au besoin de se différencier. L’auteur la définit par une métaphore. Si nous voyons un groupe de vaches, toutes brunes, la seule qui attirerait notre attention serait celle qui serait violette. Sans aucun doute, sa couleur, différente du reste, serait le centre de notre attention, et nous serions également curieux de goûter le lait qu’elle donnerait. Sa couleur étrange nous laisserait penser que le goût serait différent. Unique, meilleur que celui des autres vaches, sans aucun doute.

Lire aussi :  Résumé de "Los pazos de Ulloa" par Emilia Pardo Bazán

C’est exactement ce qu’il se passe avec les publicités. Même si elles répondent toutes aux quatre P, l’audience est saturée.

Jusqu’à présent, le marketing a été confondu, dans une certaine mesure, avec la publicité. Les entreprises pensent qu’il suffit de placer des publicités à la télévision, dans les magazines ou dans les journaux, mais ce n’est pas suffisant.

Nous voyons et entendons tellement de promotions, de slogans dans les médias que seules celles qui se démarquent peuvent nous atteindre. Celles qui sont extraordinaires. Les vaches pourpres. Ce facteur est inhérent au produit et doit en faire partie à tout moment. Il ne suffit pas qu’il soit promu de manière excellente. Tout ce qui l’entoure doit aussi frôler l’excellence.

Le fait est qu’il existe déjà de nombreuses marques qui font du bon travail, et qui produisent la même chose que nous. Il faut donc être original. Attirer l’attention du consommateur et provoquer des émotions.

Pour ce faire, Seth Godin suggère que vous devez créer et développer des idées qui sont transmises de consommateur à consommateur. Favorisant ainsi la transmission virale en un court laps de temps. Pour y parvenir, il est non seulement important que l’idée soit différente, mais aussi qu’elle soit simple à comprendre. Qu’elle suscite l’intérêt et qu’elle ait un impact sur tous ceux qui la reçoivent, afin qu’ils aient envie de la transmettre.

Par conséquent, la meilleure campagne de marketing et/ou de publicité sera celle où le client sera satisfait. Un consommateur satisfait est un consommateur qui recommandera un produit. Cela est de plus en plus important, notamment en raison du nouveau marketing Internet (ou marketing numérique), où les avis touchent davantage de personnes grâce à des plateformes telles que les médias sociaux.

 

Les différents consommateurs

Seth Godin divise les consommateurs en cinq groupes en fonction de leur rapport avec les tendances, les produits fabriqués et les marques.

  • Innovateurs. Ils sont prêts à tout essayer. Ils aiment être les premiers à consommer quelque chose, même s’ils n’en ont pas besoin.
  • Testeurs précoces. Ils veulent également être les premiers et essayer de nouvelles choses. Ils recherchent généralement le profit, ou du moins ont besoin de ce qu’ils consomment.
  • Majorité précoce. Ils n’ont peut-être pas besoin du produit, mais lorsqu’ils voient quelque chose « à la mode », ils finissent par y céder.
  • Majorité tardive. Ils ont encore besoin d’un peu plus de temps pour être convaincus.
  • Retardataires. Ils consomment le produit lorsqu’il n’est plus à la mode.

L’auteur mentionne que le marketing traditionnel a toujours mis en avant l’objectif de conquérir la majorité (tant les précoces que les tardifs), car c’est là que se trouvent la plupart du public. Cependant, bien que les innovateurs ou les testeurs soient moins nombreux, ce sont eux qui sont prêts à essayer la nouveauté. Ils ne sont pas réticents à le faire, même s’ils ne connaissent pas la marque. Une recommandation reste toutefois généralement bénéfique.

Par conséquent, en nous concentrant sur ces deux groupes initiaux, nous conquerrons les émetteurs qui nous feront connaître et qui amorceront la viralisation de notre produit.

 

No pain, no gain

Bien sûr, être la vache pourpre n’est pas sans risque. Seth Godin ne le nie pas dans son livre. Il y voit un danger mais aussi une opportunité.

Lire aussi :  Résumé de "Les 48 lois du pouvoir" par Robert Greene

En général, les entreprises qui optent pour le marketing de masse conçoivent leurs produits pour qu’ils passent inaperçus. C’est-à-dire qu’ils les rendent parfaits dans les limites de leur zone de confort. Nous le voyons clairement dans les magasins d’alimentation. Tous les produits, même s’ils appartiennent à des marques différentes, suivent la même ligne. De cette manière, ils « s’assurent » de gagner la majorité. Mais sans viser le succès transformateur.

Red Bull cependant peut être cité comme un exemple de vache pourpre. Le prix de la marque de boissons est bien supérieur à celui du reste de sa niche (une canette de Red Bull coûte presque un euro de plus qu’une canette de Monster par exemple). Comment la marque parvient-elle à dépasser ses concurrents, alors qu’il existe des alternatives moins chères sur le marché ?

La raison, c’est qu’elle a été capable de vendre sa différence. Ce qu’elle a fait, c’est se positionner comme la boisson énergétique entre toutes. Le goût ne plaira peut-être pas à tout le monde. Mais si vous voulez « des ailes », il n’y a pas de meilleur choix que Red Bull.

Toute stratégie qui sort du moule peut être synonyme d’échec. Mais le plus grand risque, c’est d’être invisible. Ou de n’être « qu’une autre marque ». En bref, faire du bruit peut être bénéfique et c’est ce sur quoi les entrepreneurs devraient miser.

 

Le triomphe des vaches pourpres

Le marketing a changé parce que les consommateurs ont changé. C’est l’idée générale que Seth Godin défend tout au long de son livre La vache pourpre.

Il y a quelques années, il était normal que les consommateurs soient fidèles à une seule marque. Il y avait moins de concurrence, et nous avions peur de rompre avec les habitudes. Aujourd’hui cependant, nous sommes désireux d’essayer des choses nouvelles et différentes. Nous sommes attirés par ce qui nous est présenté comme tel. Par conséquent, dans un commerce de plus en plus saturé, il est important que les marques se démarquent. Seuls celles-là auront une chance d’être visible et d’être choisi.

Une fois les consommateurs attirés, il devient vital d’entretenir cette relation. La valeur différentielle, les goûts, les besoins et les désirs des consommateurs évoluent. Et l’originalité doit se développer au même rythme.

Apple en est un parfait exemple. Chaque produit lancé par la marque de Steve Jobs (à quelques exceptions près) devient un succès. Pour y parvenir, ils promeuvent depuis des années une culture d’entreprise dans laquelle la motivation à créer des vaches pourpres est un pilier fondamental.

 

Pourquoi lire La vache pourpre de Seth Godin ?

Si vous êtes un entrepreneur, ce livre devrait définitivement figurer dans votre bibliothèque. Sur chaque page, vous trouverez une manière de repenser la façon dont vous faites du marketing et de la publicité.

Comme le souligne Godin, il ne suffit plus d’acheter et de vendre. La relation que vous établissez avec le consommateur doit être « extraordinaire » à chaque étape et à long terme. La durée d’attention du client est de plus en plus courte. Il est donc intéressant de lire les conseils et les clés que l’auteur nous donne pour l’appréhender.

Lire aussi :  "Ce que les gens qui réussissent font avant le petit-déjeuner" : Résumé

 

Que nous apporte La vache pourpre ?

Même si vous n’avez pas d’entreprise, La vache pourpre est l’une de ces lectures qui donnent matière à réflexion.

Si vous êtes un entrepreneur, son utilité est claire. Elle vous donne les clés du succès. Bien qu’il n’existe pas de formule magique, Seth Godin partage des points très intéressants que vous pouvez commencer à appliquer dès maintenant.

Si vous n’êtes pas un entrepreneur, vous êtes certainement un consommateur. En tant que tel, il sera très révélateur de comprendre comment les marques vous ciblent.

Enfin, il s’agit d’une lecture très courte (moins de deux cents pages), avec des chapitres très courts et très ciblés. Un livre où vous reviendrez sans cesse, et à partir duquel vous continuerez d’apprendre .

Si vous souhaitez également élargir vos connaissances dans le domaine du marketing, n’hésitez pas à mettre la main sur une copie de La vache pourpre à emporter toujours avec vous. À compléter de La méthode de vente SPIN par Neil Rackham, pour un tour d’horizon complet !

A propos de l’auteur
Lauriane

En tant que spécialiste de la littérature Européenne, j'ai toujours été intéressée par les différentes façons dont les écrivains de différentes cultures abordent leur travail. Je suis née en France, et mes parents étaient tous deux enseignants. J'ai grandi dans un foyer rempli de livres, et mon amour pour la littérature s'est développé très tôt.

J'ai étudié l'anglais à l'université et, une fois diplômée, j'ai déménagé à Londres pour poursuivre ma passion pour l'écriture. Je vis maintenant Nice depuis plus de dix ans, et mon travail a été publié au sein de plusieurs sites Web, magazines et revues spécialisées.

J'ai bien évidemment étudié en profondeur tous les classiques de la littérature espagnole, française, anglaise. Mais ce que j'aime vraiment, c'est explorer le travail d'écrivains contemporains issus de cultures et de milieux différents. À mon avis, il n'y a pas une seule "bonne" façon d'écrire de la littérature. Chaque écrivain a sa propre voix unique, et c'est cette diversité qui rend la littérature si intéressante.

Je crois que chaque personne a une histoire à raconter, et c'est pourquoi je pense qu'il est important d'en parler. C'est ainsi que je m'intéresse particulièrement à la manière dont ils sont influencés par leur milieu culturel. Je crois que la littérature peut être un outil puissant pour comprendre le monde qui nous entoure, et je m'efforce d'apporter cette compréhension à mes lecteurs.

Je suis toujours à la recherche d'écrivains nouveaux et passionnants à lire, et j'espère que mes articles et résumés de livres vous feront découvrir quelques-uns des meilleurs ouvrages contemporains du monde entier. Merci de vous joindre à moi dans ce voyage littéraire !