Aller au contenu
Accueil » Blog » « El Buscón » de Francisco de Quevedo – Résumé

« El Buscón » de Francisco de Quevedo – Résumé

 Dans ce résumé d’El Buscón, vous découvrirez l’histoire de Pablos, voyou grâce auquel l’écrivain Francisco de Quevedo témoigne de la pauvreté et de la difficulté de survivre au 16ème siècle.

Comme le Lazarillo de Tormes, l’histoire de Pablos appartient au roman picaresque. Grâce à son ingéniosité et sa capacité à tricher et à s’en sortir, le protagoniste va grandir, apprendre et grimper dans l’échelle sociale.

Pablos étant aussi le narrateur, toute l’histoire est racontée à la première personne.

 

Résumé général de El Buscón

Pablos est un garçon d’origine modeste qui se lie d’amitié avec Diego Coronel, un jeune noble de son âge. Avec lui, en tant que serviteur, il se rend dans diverses écoles de Ségovie et d’Alcalá. Par les mauvais traitements infligés aux enseignants et aux élèves, Pablos affute son esprit et tombe progressivement dans la délinquance. Ses méfaits deviennent si courants que le père de son ami Diego décide de séparer son fils de sa mauvaise influence.

Plus tard, Pablos apprendra que son père a été pendu pour vol. Et que sa mère, accusée d’être une sorcière, subira bientôt le même sort. Sachant cela, il prend la route pour Cercedilla, le village ségovien où il est né. En chemin, il rencontrera plusieurs personnages qui enrichiront le roman de leur humour.

Arrivé à Cercedilla, après avoir visité la dépouille de son père, il retrouve son oncle. Celui-ci l’invite à manger et à boire chez lui. À la tombée de la nuit, alors que son oncle est ivre et profondément endormi, Pablos dérobe l’héritage familial et se rend à Madrid.

Sur le chemin, il rencontre un faux noble qui lui promet de lui apprendre sa méthode de tromperie afin qu’ils puissent tous deux vivre en se faisant passer pour ce qu’ils ne sont pas à la Cour. Cependant, le même soir, ils sont tous deux à court d’argent lorsqu’ils perdent tout dans des paris contre un prêtre.

Ils parviennent néanmoins jusqu’à la Cour et s’y font passer pour des nobles. Comme on pouvait s’y attendre, ils sont attrapés et emprisonnés. Bien que Pablos passe un certain temps derrière les barreaux, il parvient à s’en sortir grâce à ses manigances et pots-de-vin. Une fois dehors, il rencontre deux vrais nobles qui lui présentent une très belle dame que Pablos entreprend de courtiser. Cependant, son idée ne se concrétise jamais. Il s’avère que la jeune femme est une cousine de son vieil ami Diego Coronel qui, au courant de tous les mensonges du voyou, le fait passer à tabac.

Après avoir passé quelque temps en convalescence dans une auberge, Pablos se retrouve à nouveau dans la rue. Le fait qu’il soit gravement blessé l’aidera à gagner plus d’argent en mendiant. Après avoir économisé suffisamment d’argent, il a décidé de se rendre à Tolède où il entame une fructueuse carrière en tant qu’acteur et auteur de comédies. Malheureusement, cette profession ne durera pas longtemps non plus.

Avant la fin du roman, Pablos vit une dernière aventure à Séville. Dans la ville andalouse, il rejoint un groupe de voleurs. Une nuit, très ivres, ils en viennent au meurtre d’un policier. Malgré la persécution, ils parviennent à se cacher dans une église et partent déguisés.

Le dernier plan de Pablos consiste à se rendre aux Indes, mais beaucoup d’aventures et d’échecs l’empêchent de le faire. Le récit se termine tandis que Pablos est encore en train de nous les raconter.

 

Résumé par chapitres de El Buscón

Le livre se découpe en trois volumes, à travers lesquels nous assistons au développement et à la formation picaresque du protagoniste.

Résumé du premier volume

Pablos, né à Cercedilla (un village de Ségovie) nous est présenté comme un garçon humble dont les parents l’étaient aussi. Déjà enfant, il est conscient que sa situation à la maison n’est pas des plus favorables. Il décide donc de devenir élève dans une école de la ville de Ségovie. Il y rencontre son inséparable ami, Diego Coronel, d’origine beaucoup plus noble. Leur amitié est telle que lorsqu’ils quittent l’école, ils partent ensemble : Pablos en tant que serviteur de Diego.

Lire aussi :  Miracle Mornings : 6 habitudes qui changeront votre vie avant 8 heures du matin

Prochaine destination, une maison d’étudiant à Segovia, gérée par Dómine Cabra. Un clerc avare qui les maltraite, leur donnant à peine de quoi manger. Sans surprise, ils finissent par partir et se dirigent vers Alcalá de Henares, où Diego poursuit ses études accompagné de son fidèle ami et serviteur.

Dans cette nouvelle école, ils sont victimes du bizutage de leurs camarades de classe, en particulier Pablos qui ne peut les soudoyer avec de l’argent. En revanche, il commence à développer une grande ingéniosité pour s’en sortir et faire des bêtises avec ses nouveaux amis. Cette situation, dans laquelle Pablos s’attire toujours des ennuis, ne plaît pas au père de Diego, qui décide de le retirer de l’école et de l’éloigner du futur voyou.

C’est à ce moment que Pablos reçoit des nouvelles de sa famille. Son père a été exécuté pour vol. Sa mère est en prison, accusée d’être une sorcière. Au vu de la situation, Pablos décide de rentrer chez lui, avec la ferme intention de réclamer son héritage.

Résumé du deuxième volume

Lors de son voyage d’Alcalá à Ségovie, dès le premier jour, Pablos rencontre un personnage un peu fou. Comme il le décrit, son manque de raison est dû à la politique, car il est obsédé et croit connaître toutes les réponses et solutions, qu’il veut transmettre au roi. Pablos croise également la route d’un maître d’escrime qui passe ses journées à calculer les combats, les angles et les coups. Et un écrivain, avec qui il arrive à Madrid.

Le lendemain, il poursuit sa route vers Ségovie et, en chemin, se lie d’amitié avec un soldat. Avec lui, il arrive à Cercedilla où Pablos peut voir les restes de son père, exposés à la vue de tous en signe de dissuasion. Dans sa ville natale, il rencontre également son oncle qui l’invite à manger et à boire chez lui. En fin de journée, profitant du fait que son oncle est ivre et endormi, il prend son héritage et repart pour Madrid sans même dire au revoir.

Sur son chemin, il croise un faux noble. Cet homme prétend être ce qu’il n’est pas alors qu’en réalité, il est sans le sou. Il promet à Pablos de lui apprendre ses secrets et ils décident de se rendre ensemble à la Cour où ils ont l’intention de s’enrichir pour de bon grâce à la tromperie et le jeu des apparences. Cependant, leur plan connaît un départ difficile lorsqu’ils commencent à parier aux cartes avec un prêtre, qui les dépouille du peu qu’ils possèdent.

Résumé du troisième volume

A leur arrivée à Madrid, les deux faux nobles commencent leur mascarade. La nuit, ils dorment dans une maison avec d’autres escrocs et le jour, ils passent leur temps à fréquenter la haute société. Cependant, leur mensonge est finalement découvert par les autorités et ils sont envoyés en prison.

Après plusieurs épisodes en prison, Pablos est libéré grâce aux pots-de-vin qu’il verse aux gardiens. Lorsqu’il sort sous un faux nom (Don Ramiro de Guzmán) et une nouvelle identité, il séjourne dans une auberge. Pendant son séjour, en essayant d’entrer dans la chambre d’une dame, il tombe de la fenêtre, est intercepté et accusé d’être un voleur. Heureusement, grâce à des amis, il est épargné et évite de retourner en prison.

Lire aussi :  Résumé du livre Nada, par Carmen Laforet

Sa prochaine aventure le fait renouer avec ses souvenirs de jeunesse. Pablos rencontre deux nobles qui lui présentent une femme qu’il entreprend de courtiser. Malheureusement, cette jeune femme est la cousine de Diego Coronel qui, lorsqu’elle reconnaît son ami d’enfance, ses tromperies et ses intentions, le dénonce aux autres pour qu’ils lui donnent une bonne correction.

Grièvement blessé, Pablos reste quelques jours à récupérer dans une auberge, mais les malheurs se poursuivent lorsque le Saint-Office emmène le propriétaire de l’établissement. Pablos, toujours en convalescence, doit quitter les lieux et mendier pour survivre. Grâce à son apparence picaresque, il obtient de l’argent et se fait un ami qui se trouve dans la même situation que lui.

Avec ses gains, il décide de se rendre à Tolède, où il rencontre un groupe d’acteurs qui l’encouragent à rejoindre la profession. Pablos le fait et atteint une grande renommée non seulement en tant qu’acteur mais aussi en tant qu’auteur de comédies. Tout se passe bien jusqu’à ce que le directeur de l’entreprise où il travaille soit arrêté. Obligeant Pablos à abandonner son poste.

Sa prochaine destination, après être tombé amoureux d’une nonne qui le rejette, sera Séville. Dans cette ville, il rejoint un groupe de voleurs et avec eux, il tue un policier. Poursuivis, ils parviennent à se cacher dans une église puis à partir déguisés.

Après toutes ces aventures et tous ces dangers, Pablos prend la décision d’aller aux Indes et tenter sa chance là-bas. La fin, cependant, est laissée ouverte, ce qui nous permet de comprendre que tout ne s’est pas passé comme il l’avait espéré.

 

Pourquoi lire El Buscón ? 

Si au début, avec la mise en place de l’histoire, la lecture peut sembler dense, Le Buscón est un classique à ranger dans toutes les bibliothèques. Tout au long des aventures du protagoniste, nous pénétrons dans la société décadente. Celle des fausses opportunités, où les nobles restent toujours nobles tandis que les pauvres doivent tout tenter (surtout le mensonge) pour survivre.

Probablement le point le plus intéressant, l’auteur parvient, dans les trois cents pages du roman, à mêler un ton comique à une critique audacieuse et ironique.

Le protagoniste ne parvient jamais à gravir l’échelle sociale. Il y a quelques moments bien sûr où il semble que tout va bien se passer pour lui (lorsqu’il devient acteur, par exemple). Mais le destin arrive toujours pour le ramener à sa classe sociale et à ses origines. Même lorsqu’il est acteur, on peut dire qu’il est dans le domaine du mensonge.

D’autre part, le style de l’auteur, influencé par les canons littéraires de l’âge d’or, est riche en métaphores et en hyperboles. L’exagération semble ne connaître aucune limite. Probablement parce que la réalité n’en connaît pas moins. Dans tous les cas, il s’agit d’un un travail de grande qualité, qui ne pouvait que devenir une référence de la littérature baroque.

 

Les différences entre La vie du Buscón et Lazarillo de Tormes

Il n’est pas inhabituel de comparer ces deux œuvres, puisqu’elles sont les représentantes du roman picaresque. Cependant, il existe de nombreuses différences entre elles.

Bien entendu, elles partagent non seulement le sujet, mais aussi l’intrigue et les personnages. Pablos et Lázaro sont tous deux d’origine modeste. Ilsviennent d’une famille qui, indirectement ou directement, les oblige à gagner leur vie très tôt. Dans leurs aventures, ils connaissent des malheurs et des mauvais traitements de la part de leurs maîtres ou professeurs. C’est cette éducation reçue qui fait d’eux des voyous. Autre point commun : leur histoire nous est contée à la première personne, pour retracer leur apprentissage.

Lire aussi :  Episodes nationaux de Benito Pérez Galdós : résumé et analyse

Cependant, il est certains éléments qui différencient les deux œuvres. El Buscón entretient une vision beaucoup plus cruelle de la réalité. Elle ne cache ni n’idéalise rien, nous montrant sans le moindre scrupule des situations extrêmes de pauvreté ou d’agression. Même s’il est vrai que Lazarillo de Tormes reflète également les différences de classe et l’hypocrisie… El Buscón le fait d’une manière beaucoup plus incisive et cynique. Il suffit de comparer les fins. Lázaro s’en sort plutôt bien, avec une situation économique et personnelle assez confortable. Pablos semble contraint de continuer à survivre dans la pauvreté.

 

Le petit plus d’El Buscón

Vous voulez rire un peu ? Lisez absolument El Buscón. Bien qu’écrit il y a plusieurs siècles, l’ouvrage s’insère tout à fait dans l’humour d’aujourd’hui. Quevedo possédait un style unique, cynique et ironique pour raconter des épisodes tels que les mauvais traitements infligés au Dómine Cabra. Bien sûr, au milieu de tout cet humour, la place est également faite à une critique acide.

Lorsque l’on parle de romans picaresques, c’est Lazarillo de Tormes qui est généralement recommandé. El Buscón est plus réaliste (et pour cette raison même plus drôle, peut-être). Car le protagoniste ne finit jamais par obtenir ce qu’il veut. Il lui arrive toujours quelque chose qui le remet dans les cordes.

Ce résumé d’El Buscón vous a t-il encouragé à lire l’œuvre complète ? Foncez ! Vous ne le regretterez pas.

A propos de l’auteur
Lauriane

En tant que spécialiste de la littérature Européenne, j'ai toujours été intéressée par les différentes façons dont les écrivains de différentes cultures abordent leur travail. Je suis née en France, et mes parents étaient tous deux enseignants. J'ai grandi dans un foyer rempli de livres, et mon amour pour la littérature s'est développé très tôt.

J'ai étudié l'anglais à l'université et, une fois diplômée, j'ai déménagé à Londres pour poursuivre ma passion pour l'écriture. Je vis maintenant Nice depuis plus de dix ans, et mon travail a été publié au sein de plusieurs sites Web, magazines et revues spécialisées.

J'ai bien évidemment étudié en profondeur tous les classiques de la littérature espagnole, française, anglaise. Mais ce que j'aime vraiment, c'est explorer le travail d'écrivains contemporains issus de cultures et de milieux différents. À mon avis, il n'y a pas une seule "bonne" façon d'écrire de la littérature. Chaque écrivain a sa propre voix unique, et c'est cette diversité qui rend la littérature si intéressante.

Je crois que chaque personne a une histoire à raconter, et c'est pourquoi je pense qu'il est important d'en parler. C'est ainsi que je m'intéresse particulièrement à la manière dont ils sont influencés par leur milieu culturel. Je crois que la littérature peut être un outil puissant pour comprendre le monde qui nous entoure, et je m'efforce d'apporter cette compréhension à mes lecteurs.

Je suis toujours à la recherche d'écrivains nouveaux et passionnants à lire, et j'espère que mes articles et résumés de livres vous feront découvrir quelques-uns des meilleurs ouvrages contemporains du monde entier. Merci de vous joindre à moi dans ce voyage littéraire !