Aller au contenu
Accueil » Blog » Résumé du livre « I, Robot » de Isaac Asimov

Résumé du livre « I, Robot » de Isaac Asimov

Peut-être le titre I, Robot vous fera t-il davantage penser à un film qu’à un livre. En effet, ce roman, qui est en fait un recueil de nouvelles, a fait l’objet d’une adaptation cinématographique reprenant des éléments des histoires de ce livre, et d’autres du même auteur.

Isaac Asimov était un écrivain de science-fiction qui a su capturer dans ses histoires certains des conflits éthiques qui surviennent ou pourraient survenir avec le développement de la technologie. Et, plus particulièrement, celle des robots. En bref, il nous formule une hypothèse de ce que pourrait (et devrait) être le futur robotisé. Dans le même temps, comme vous le verrez dans ce résumé de I, Robot, il nous laisse avec des réflexions morales pour le présent.

 

Résumé court de I, Robot par Isaac Asimov

À travers le personnage de la psychologue Susan Calvin, Isaac Asimov nous présente plusieurs histoires qui font du développement de robots technologiques et éthiques le véritable protagoniste.

Dans cet avenir cybernétique (2047 à 2064) que l’auteur propose et que nous voyons dépeint dans les différentes intrigues (neuf au total) du livre, nous rencontrons des robots et des humains vivant côte à côte. Dans cette coexistence, il y a des situations et des conflits qui mettent l’éthique de la question sur la table. Et cependant, dans tous ces cas, la fin est assez prometteuse. Tous les personnages robotiques sont régis par les trois lois de la robotique. Selon ces derniers, ils doivent toujours rechercher le bien des humains et exécuter leurs ordres.

Les histoires suivent une certaine progression. Les premiers protagonistes robotiques ont des logiciels moins développés (par exemple, ils ne parlent pas). Tandis que les suivants remplissent déjà des fonctions plus avancées.

Dans toutes les histoires, certaines des lois de la robotique semblent être mises en danger, car les êtres artificiels se comportent étrangement. Ils finissent pourtant toujours par maintenir leur attitude serviable et protectrice envers les humains. En évitant tout parjure à leur égard.

En plus du personnage de Susan Calvin, d’autres apparaissent dans plus d’un épisode. C’est le cas par exemple des astronautes Powell et Donovan. Ou du robot Byerley.

 

 

Résumé par chapitres de I, Robot

La meilleure façon de résumer un livre tel que I, Robot est de faire un synopsis de chacun de ses chapitres. Rappelons qu’Isaac Asimov n’a pas écrit un roman typique. Mais plutôt plusieurs histoires, dans lesquelles il pose des dilemmes éthiques sur la coexistence entre les humains et les robots.

Introduction

Dans le chapitre d’introduction, le narrateur, dont on ne sait pas qui il est, nous dit que le personnage principal des différentes histoires sera Susan Calvin. Cette femme est une spécialiste de la psychologie des robots qui travaille chez US Robots. L’une des plus importantes entreprises de technologie et de robotique au monde.

On nous présente également les trois lois de la robotique qui régissent la programmation logicielle de tout robot :

  1. Un robot ne doit pas nuire à un être humain. Ou, par son inaction, permettre qu’un être humain ne soit lésé.
  2. Un robot doit obéir aux ordres qui lui sont donnés par un être humain. Sauf lorsque ces ordres sont en opposition avec la première Loi.
  3. Un robot doit protéger sa propre existence, dans la mesure où cette protection n’entre pas en conflit avec la première ou la deuxième Loi.

L’objectif du roman, divisé en neuf nouvelles, est de poser des situations dans lesquelles ces lois pourraient être enfreintes.

Chapitre I

Robbie est un robot-nanny. Elle a été chargée de s’occuper de Gloria, une petite fille de 8 ans avec laquelle il ne peut pas parler (il n’en a pas la capacité). Mais pour laquelle il donnerait sa vie. La mère de la fillette se méfie du fait que sa fille soit prise en charge par une création automatisée. Elle convainc donc son mari de se débarrasser de Robbie. Cela provoque une grande tristesse chez Gloria, qui avait développé une grande affection pour le robot.

Alors la petite Gloria est déterminée à retrouver sa nounou pour pouvoir à nouveau jouer avec elle. Le père, qui se sent mal d’avoir jeté Robbie dehors, s’arrange secrètement pour le rencontrer sur une chaîne de montage. Une fois sur place, Gloria est presque écrasée mais Robbie la sauve au dernier moment. Cela incite la mère à briser ses préjugés sur l’avenir, les robots et la technologie (l’auteur appelle ce rejet un « complexe de Frankenstein »). Robbie peut finalement reprendre son travail de nounou.

Chapitre II

Deux astronautes (Powell et Donovan) sont en mission sur la planète Mercure. À un moment donné, ils doivent transmettre une mission urgente au robot Speedy, caractérisé par sa vitesse supérieure à celle de toutes les automobiles. Il devra aller chercher du sélénium dans un champ voisin. Mais en raison d’une erreur dans l’énoncé des ordres, un conflit se produit entre les lois deux et trois des Lois de la Robotique. Speedy tourne alors en rond, sans rien résoudre.

Heureusement, Powell et Donovan ont les connaissances et les compétences nécessaires pour assembler des robots un peu plus « vieux » et plus lents. Avec eux, ils parviennent à atteindre Speedy malgré les conditions défavorables sur la planète Mercure. Ils tentent de convaincre le robot de compléter la mission et Speedy finit par répondre. Il a détecté un risque de mort de ses propriétaires. Alors la première loi l’emporte sur les autres.

Chapitre III

Powell et Donovan sont à nouveau les vedettes de cette histoire. Cette fois, les deux astronautes sont responsables d’une station spatiale où ils reçoivent une cargaison de robots. L’un d’eux, surnommé Cutie, reçoit encore son logiciel de programmation (il n’est pas entièrement installé). Il présente un caractère curieux et réfléchi, car il ne sait pas encore tout (par exemple, il ne reconnaît pas les humains comme ses créateurs). À travers Cutie, Asimov nous emmène en voyage à travers certaines des idées philosophiques du Monde de Sofia par Jostein Gaarder.

Lire aussi :  Résumé du livre "L'Alchimiste" de Paulo Coelho

Cutie n’applique pas la logique. Son discours parodie celui des religions. Par exemple, il croit être une créature de Dieu et ne fait pas confiance aux explications rationnelles sur l’origine du monde ou des étoiles. L’attitude « interrogative » de Cutie déteint sur le reste des robots, qui commencent à se comporter comme s’ils faisaient partie d’un culte. Et traitent les humains comme des animaux de compagnie et non comme des maîtres.

Lors d’une tempête d’électrons, il devient essentiel pour la station spatiale d’envoyer un faisceau particulier pour alimenter la Terre. Si ce n’est pas le cas, la planète sera détruite. Les astronautes ont peur de laisser Cutie envoyer le faisceau, car ils ne lui font pas confiance. Cependant, il le fait parfaitement et réussit à sauver la Terre, prouvant ainsi que, malgré les apparences, il respecte toujours les trois lois de la robotique.

Chapitre IV

Les astronautes Powell et Donovan sont chargés d’une production minière exploitée par des robots. Lorsque des humains les surveillent, leur travail est parfait. Mais la nuit, lorsque personne ne les observe, des erreurs se produisent que même Dave, le robot principal, est incapable d’expliquer.

Powell et Donovan décident d’étudier le cerveau de ces robots (appelés positroniques). Et de les espionner par le biais de moniteurs pour voir quelle est la cause de la faible production. Ils découvrent que leur comportement est effectivement étrange. La nuit, ils se livrent à une sorte de répétition de danse. Lorsqu’ils décident de poursuivre leurs investigations, en allant cette fois directement dans les tunnels, ils ont un accident et se retrouvent piégés. Lorsqu’ils font appel aux robots pour les sauver, ils se rendent compte que les danses étaient un moyen pour Dave de reprendre le contrôle de son équipe de robots. Et de gérer la nervosité d’être dans une mine.

Chapitre V

La création d’un robot appelé Herbie suscite l’inquiétude. Il semble qu’il puisse lire les esprits de ses interlocuteurs.

L’enquête visant à déterminer si cela est vrai implique le chef de la société US Robots, Lanning, et son numéro deux, Bogert. Ainsi que Susan Calvin, une experte en psychologie et en robots. Lorsqu’elles lui parlent, Herbbie crée un conflit entre elles, car il fait croire à Susan que Lanning lui rend la pareille. Bogert apprend que son supérieur envisage de prendre sa retraite et qu’il quitte son poste. Ainsi, nous nous rendons compte que le robot ne lit pas les pensées en tant que telles. Mais plutôt qu’il accède aux aspirations et aux désirs secrets des gens.

Le psychologue comprend alors ce que fait le robot et décide de l’interroger. Il parvient à lui faire avouer qu’il le faisait pour son propre bien. Selon la première loi de la robotique, le robot a pour mission de toujours protéger les humains dans la mesure où il leur dit ce qu’ils veulent entendre afin de ne pas leur faire de mal et de les rendre heureux. La conclusion, c’est que la loi ne fait pas de distinction entre le « désir » et la « vérité ». Ce qui crée un paradoxe.

Chapitre VI

La présence de plusieurs spécialistes d’US Robots est requise lorsqu’un robot parvient à s’échapper puis à se camoufler au sein du groupe de robots Nestor. Susan Calvin est également appelée. Elle participe à l’enquête avec le directeur Bogert et le général Kallner. Ce dernier avoue que les Lois de la Robotique ont été légèrement modifiées dans les modèles Nestor. Leurs missions comportaient un petit risque pour les humains que les robots devaient contourner afin d’accomplir leur travail.

En d’autres termes, les robots ne peuvent pas nuire aux humains. Mais la deuxième partie de l' »inaction » est oubliée. Ils ne devraient donc pas empêcher un humain d’être lésé par un facteur étranger.

Tous s’accordent à dire que le spécimen manquant sait qu’ils veulent le détruire. Au cours de l’enquête, ils découvrent qu’il s’est enfui après qu’un opérateur l’ait insulté.

Calvin décide de mener une série d’interrogatoires et de tests peu révélateurs pour retrouver le fugitif. Lors des tests, il simule des situations dans lesquelles les humains et les robots sont en danger. Il se rend alors compte qu’il y en a un qui développe un véritable « complexe de supériorité ». Cela le rend plus violent, et le pousse à se croire meilleur que les humains. Sachant cela, l’équipe détruit l’ensemble des prototypes pour éviter de nouvelles erreurs.

Chapitre VII

Deux entreprises de robotique, dont US Robots, sont engagées dans un pari dans lequel elles devront prouver qui possède l’intelligence artificielle la plus puissante et est capable de concevoir un vaisseau pouvant effectuer un voyage en hyperespace. US Robots confie la mission à Cerebro, une méga-machine qui accomplit la tâche en quelques jours. Le problème, c’est que lorsque deux astronautes viennent vérifier ce à quoi ressemble le vaisseau, celui-ci les détourne et les lance dans l’espace.

Le vaisseau n’est pas du tout confortable. Les astronautes, lors de leur voyage en hyperespace, doivent être nourris uniquement de haricots et de lait. Cerebro reste cependant fidèle à la première loi, en parvenant à réanimer les astronautes morts pendant quelques secondes au moment du décollage.

Chapitre VIII

Stephen Byerley est un robot qui rivalise avec des humains, en prétendant en être un. Il candidate pour le poste de procureur et réussit.

Lire aussi :  Résumé du livre Le Petit Prince par Antoine de Saint-Exupéry

Une seule personne doute de lui. Mais, lorsque Susan Calvin vient vérifier s’il s’agit ou non d’un être artificiel, elle conclut qu’il ne l’est pas. Sa tromperie est telle qu’il enfreint même en apparence la loi de la robotique, en frappant un adversaire lors d’un débat politique. Cependant, nous découvrons que l’adversaire était en fait un robot se faisant passer lui aussi pour un humain.

Byerley parvient à ses fins et s’élève au sommet des sphères politiques. Nous découvrons que Calvin sait qu’il est en fait un robot. Mais qu’étant un bon dirigeant (éthique, bon et juste), il est préférable de ne pas y toucher. La psychologue en conclut que les trois lois de la robotique devraient réellement être les préceptes par lesquels tout système politique dans le monde devrait être guidé.

Chapitre IX

Le désormais président planétaire Byerley convoque la psychologue Susan Calvin pour lui parler d’un sujet préoccupant. L’économie mondiale est en danger par l’action de machines à intelligence artificielle. D’après ses investigations, il existe un groupe anti-robot qui introduit de fausses données dans le système afin qu’il se dérègle et que l’économie en souffre.

Byerley a déjà rencontré d’autres présidents pour essayer de trouver un accord et tenter de mettre hors la loi ce groupe anti-robot. Mais Calvin le dissuade et lui fait comprendre que ce conflit homme-machine est déjà prévu par les machines. Et que, suivant la première loi de la robotique, elles feront tout pour réparer les erreurs économiques qui pourraient mettre les humains en danger ou provoquer une guerre. Byerley lui rappelle que les machines n’ont pas pu expliquer ces défaillances. Il ne sait donc pas si on peut leur faire confiance. Calvin souligne cependant que ce que les robots lui ont dit est « au-delà de toute explication ». Il est donc possible qu’ils comprennent pourquoi. Mais estiment qu’il vaut mieux ne pas le dire afin de protéger les humains.

Cela nous fait réfléchir, nous humains, sur la façon dont, dans notre présent, les politiciens nous cachent parfois des informations. Les débats aboutissent à des impasses parce que personne ne veut en dire plus. Les enquêtes sur la corruption ne sont pas menées à leur terme. Qu’il y ait des machines ou non, notre obligation en tant qu’humains sera toujours de douter.

 

Pourquoi lire I, Robot ?

Le plus intéressant dans ce livre, c’est que l’auteur l’a contextualisé dans un futur lointain pour lui… Mais qui est presque devenu notre présent. Par conséquent, les dilemmes et les conflits auxquels les personnages sont confrontés sont ceux auxquels les scientifiques sont probablement confrontés aujourd’hui. Le message qu’Asimov nous laisse est que, en tant que société, nous devons tout remettre en question. Et essayer de comprendre la situation dans son ensemble.

I, Robot est l’occasion de lire une dystopie et une œuvre de science-fiction qui n’a que trop bien vieilli. Au point de se rapprocher d’une fiction réaliste. Il en va de même pour le roman 1984 de George Orwell.

 

Questions et réponses

I, Robot se concentre sur la coexistence des robots et des humains. Dans l’intrigue de chaque histoire, des événements surviennent qui mettent en danger cette coexistence stable et pacifique. Mais une solution est toujours trouvée.

Speedy est en conflit car on lui ordonne d’aller chercher du sélénium alors que les astronautes sont en danger. Il ne sait pas quelle loi de la robotique suivre. D’une part, il doit exécuter l’ordre. Mais d’autre part, sa priorité est de sauver les humains. Son logiciel ne comprend pas qu’il doit faire.

Quels sont les personnages du livre I, Robot?

I, Robot met en scène plusieurs personnages qui n’apparaissent pas tous dans toutes les histoires. Le point commun est Susan Calvin, la psychologue. Les autres personnages récurrents sont les astronautes Donovan et Powell, le directeur Lanning et son assistant (futur directeur) Bogert. Ainsi que divers robots (Byerley, qui apparaît dans deux histoires notamment).

Quel genre de narrateur opère dans I, Robot?

Il s’agit d’un narrateur témoin. Il raconte ce qu’il se passe mais ne fait pas partie de l’histoire. Et ne sait pas en détail ce qu’il se passe dans l’esprit des personnages.

Quelles sont les trois lois de la robotique ?

Les lois de la robotique d’Isaac Asimov sont :

  1. Un robot ne doit pas nuire à un être humain. Ou, par son inaction, permettre qu’un être humain soit lésé.
  2. Un robot doit obéir aux ordres qui lui sont donnés par un être humain. Sauf lorsque ces ordres sont en opposition avec la première Loi.
  3. Un robot doit protéger sa propre existence, dans la mesure où cette protection n’entre pas en conflit avec la première ou la deuxième Loi.

Quel est le but des trois lois sur les robots ?

L’objectif est d’assurer un développement technologique approprié des robots, assurant ainsi une bonne coexistence avec les humains. Elles fonctionnent comme un code de conduite pour protéger les humains des machines.

Un robot qui viole ou enfreint une ou plusieurs des trois lois de la robotique sera autodétruit. Il a été programmé pour les remplir. Et s’il ne le fait pas, son propre cerveau cessera de fonctionner. Autrement, les humains le feront.

Le personnage principal qui apparaît dans le plus grand nombre d’histoires est Susan Calvin, la psychologue.

Lire aussi :  "Frankenstein" : Résumé et analyse du roman de Mary Shelley

Si nous parlons du film I, Robot avec Will Smith, nous y rencontrons le détective Del Spooner. Cependant, le robot Sony est également indispensable à l’intrigue.

Quel est l’élément perturbateur dans le film I, Robot?

Dans le film, un robot nommé Sonny se retrouve impliqué dans le meurtre d’un scientifique, le Dr. Alfred Lanning.

Comment l’histoire d’Isaac Asimov est-elle classée ?

Toutes les nouvelles d’Isaac Asimov sont classées dans la catégorie science-fiction.

Quand le livre I, Robot a-t-il été écrit ?

Isaac Asimov a écrit I, Robot en 1950. L’ouvrage a été publié le 2 décembre de la même année (chez Gnome Press).

Robbie est un robot-nounou qui ne peut pas parler mais qui s’occupe avec dévouement et protection de la petite fille dont il a la charge. S’il ne parle pas, c’est pour empêcher la petite fille de développer des sentiments pour lui. Il est également très intelligent et physiquement agile.

A propos de l’auteur
Lauriane

En tant que spécialiste de la littérature Européenne, j'ai toujours été intéressée par les différentes façons dont les écrivains de différentes cultures abordent leur travail. Je suis née en France, et mes parents étaient tous deux enseignants. J'ai grandi dans un foyer rempli de livres, et mon amour pour la littérature s'est développé très tôt.

J'ai étudié l'anglais à l'université et, une fois diplômée, j'ai déménagé à Londres pour poursuivre ma passion pour l'écriture. Je vis maintenant Nice depuis plus de dix ans, et mon travail a été publié au sein de plusieurs sites Web, magazines et revues spécialisées.

J'ai bien évidemment étudié en profondeur tous les classiques de la littérature espagnole, française, anglaise. Mais ce que j'aime vraiment, c'est explorer le travail d'écrivains contemporains issus de cultures et de milieux différents. À mon avis, il n'y a pas une seule "bonne" façon d'écrire de la littérature. Chaque écrivain a sa propre voix unique, et c'est cette diversité qui rend la littérature si intéressante.

Je crois que chaque personne a une histoire à raconter, et c'est pourquoi je pense qu'il est important d'en parler. C'est ainsi que je m'intéresse particulièrement à la manière dont ils sont influencés par leur milieu culturel. Je crois que la littérature peut être un outil puissant pour comprendre le monde qui nous entoure, et je m'efforce d'apporter cette compréhension à mes lecteurs.

Je suis toujours à la recherche d'écrivains nouveaux et passionnants à lire, et j'espère que mes articles et résumés de livres vous feront découvrir quelques-uns des meilleurs ouvrages contemporains du monde entier. Merci de vous joindre à moi dans ce voyage littéraire !