Aller au contenu
Accueil » Blog » « La Fondation » d’Antonio Buero Vallejo : analyse et résumé

« La Fondation » d’Antonio Buero Vallejo : analyse et résumé

« La Fondation » est incontestablement l’un des textes les plus acclamés de Buero Vallejo, en raison de sa pertinence pour l’époque. L’art du dramaturge parvient à faire en sorte que même l’histoire la plus simple et la plus plate en apparence prenne vie, et se transcende. L’écrivain espagnol était un spécialiste en la matière. Et il l’a prouvé avec la pièce dont il est question aujourd’hui.

Le temps nous appartient et il n’est pas possible de l’arrêter.

Buero Vallejo.

L’histoire tourne autour de cinq personnages vivant dans ce qui semble être un environnement idyllique… Jusqu’à ce qu’ils découvrent une vérité qui modifiera la façon dont ils se voient et se projettent dans leur vie.

 

« La fondation » d’Antonio Buero Vallejo : résumé détaillé

L’histoire du chef-d’œuvre de Buero Vallejo commence dans ce qui semble être un lieu d’hébergement, « La Fondation ». Max et quatre autres compagnons y séjournent depuis des jours. Chaque jour, les cinq hommes suivent une routine oisive de promenades matinales, de discussions et de lecture. Un matin cependant, Tomas se rend compte que quelque chose ne va pas.

Le comportement étrange d’un homme apparemment malade depuis des jours sans soins médicaux. La mauvaise odeur et les portes ouvertes mettent le protagoniste à cran. Celui-ci tente d’exposer le problème à ses colocataires, mais sans succès. Peu à peu, il regagne en lucidité jusqu’à découvrir qu’en réalité, il ne séjourne dans aucun hébergement. Tous sont des prisonniers politiques condamnés à mort. Tomas avait inventé une histoire dans sa tête après la mort d’un de ses camarades, dans sa cellule.

 

« La Fondation » : résumé par parties

« La Fondation » est une pièce courte mais nuancée qui mérite d’être détaillée afin de comprendre l’ensemble de ses subtilités. 

Première partie

Dans cette première partie de l’œuvre dramatique de Buero Vallejo, un décor plutôt soigné nous est introduit. Tomás et ses compagnons séjournent dans une jolie demeure et passent leurs journées à se promener dans la cour de La Fondation. Tomás reçoit fréquemment la visite de Berta, une femme douce et enthousiaste. Cependant, petit à petit, des événements commencent à se produire, qui mettent Tomás mal à l’aise. Des mauvaises odeurs dans les chambres. Un pensionnaire qui tombe malade sans que personne ne s’occupe de lui. La nourriture qui baisse en qualité. Face à cela cela, l’atmosphère se fait de plus en plus tendue.

Deuxième partie

Au début de cette deuxième partie, le lecteur assiste au changement de cadre. Là où il y avait des fauteuils, il y a maintenant des matelas rouillés sur le sol. Tomás se rend peu à peu compte qu’il ne vit pas dans une réalité cohérente. Encore plus lorsqu’il commence à comprendre que le malade est en fait mort. Et que ses compagnons ne sont pas là par choix. Tout commence à s’estomper, mais Tomás ne comprend toujours pas quelle est la véritable réalité de sa situation. Finalement, l’immense fenêtre de sa chambre disparaît devant lui. Le voilà dans une pièce sombre et sale.

Lire aussi :  Résumé de "La Dame de l'Aube" d'Alejandro Casona

Troisième partie

Dans cette troisième partie, Thomas comprend enfin que le malade est mort de faim depuis six jours. Ses compagnons tentent de lui expliquer qu’ils sont en prison. Ils sont des prisonniers politiques et attendent leur sentence depuis des semaines. Tomás, cependant, persiste dans ses accès de folie, et reçoit encore des visites de Berta qui n’est rien d’autre que son point d’ancrage à la fantaisie et à l’évasion.

Finalement, ses camarades en vêtements de prisonnier lui apparaissent. Tous sont emmenés pour être torturés, afin d’obtenir des informations.

Quatrième partie

Dans ce dernier chapitre de la pièce, Tomás est capable de voir la réalité. Proches de la mort, les protagonistes élaborent un plan pour s’échapper et rester en vie. Mais il est trop tard. Lorsqu’ils arrivent au bout du couloir, un garde leur demande de les accompagner avec leurs affaires. Et les voilà partis pour leur destination finale. Lorsque Tomás et les autres quittent la cellule, celle-ci commence à se colorer à nouveau pour redevenir la belle pièce du début, attendant ses prochains locataires.

 

Personnages de « La Fondation »

Comme dans chacune de ses pièces, Buero Vallejo sait qu’une grande partie du poids de l’histoire repose sur les personnages. Comment a t-il conçu Tomás et ses quatre compagnons ? 

  • Tomas. C’est lui qui porte toute l’intrigue de la pièce et avec qui nous découvrons peu à peu la réalité dans laquelle tous vivent. Un personnage enthousiaste, qui a dû créer une fantaisie afin de survivre dans une réalité terrifiante.
  • Asel. Il est l’un des compagnons de cellule de Tomas. L’une des premières victimes à tomber après avoir avoué sous la torture, et s’être suicidé.
  • Tulio. C’est lui qui déclenche le retour à la réalité de Tomas en mourant dans sa cellule.
  • Max. Un traître qui passe un accord avec le geôlier. Ils se vengent de lui cependant, et celui-ci périt également.
  • Lino. Il est le compagnon de cellule qui exécute Max en le jetant par-dessus la balustrade. Il est le dernier compagnon de cellule de Tomás, celui avec qui il ira au mur.

 

Questions et réponses sur « La Fondation »

Comment se termine « La Fondation » ?

Il s’avère finalement que Max est l’informateur. Craignant d’être interrogé, Asel se suicide. Tomas et Lino sont convoqués par les gardes, et la cellule redevient la Fondation.

Que signifie la souris dans « La Fondation » ?

Il s’agit d’une métaphore dans laquelle la souris serait le peuple opprimé, ouvrier et vulnérable qui subit les ravages de la dictature.

Lire aussi :  "Sapiens. Une brève histoire de l'humanité" : Résumé

Sur quoi Tulio faisait-il des recherches avant d’entrer en prison ?

Avec Tomás, il a réalisé des études sur les hologrammes de sa petite amie à l’université jusqu’à ce qu’ils soient découverts.

Qui est Antonio Buero Vallejo ?

Il est un dramaturge espagnol des années 30 qui a vécu la répression de la dictature franquiste. L’un des plus grands représentants du théâtre de l’époque.

Combien d’actes compte « La Fondation » ?

Quatre en tout, dans lesquels le cadre et les personnages se transforment au fur et à mesure que l’esprit de Tomás change.

Qui est Max dans « La Fondation » ?

Il est communément appelé « la taupe« . En pleine dictature et par peur des représailles, il est capable de vendre ses amis et de les dénoncer en échange d’une peine moins lourde.

Qu’est-ce que la Génération 36 ?

Il s’agit d’une génération littéraire qui se concentre sur les années de la guerre civile espagnole. Et la période d’après-guerre immédiate. Ce sont des auteurs marqués par la politique, les droits de l’homme et la recherche de la liberté.

Qu’est-ce qu’un caractère contemplatif ?

Ce sont des personnages contraint par les doutes de l’existence, qui se laissent emporter par eux.

Qu’est-ce qu’un personnage actif ?

Contrairement aux contemplatifs, ils font l’action. Ils prennent des décisions et font avancer l’intrigue.

Quelle est la justice pour Vallejo ?

C’est l’objectif ultime pour la poésie de Vallejo. Arriver à une justice sociale avec un fond.

Qu’est-ce que la Génération 37 ?

Il s’agit d’un Mouvement intellectuel argentin avec l’intention post-colonialiste claire de créer une identité propre.

Quelles sont les caractéristiques de la génération de 37 ?

Elle se caractérise par une distance face à la tradition espagnole. Et s’est manifestée en littérature par l’adoption du romantisme français et anglais comme modèles.

 

Pourquoi lire « La Fondation » ?

« La fondation » est l’une des œuvres les plus importantes de Buero Vallejo, parce qu’elle décrit de manière originale et crue la réalité des prisonniers politiques en dictature. Cela la rend en soi très intéressante mais c’est surtout le traitement de thèmes tels que la peine capitale et l’aliénation sociale qui en a fait un ouvrage incontournable.

Buero Vallejo travaille avec ironie sur le faux souvenir que l’Espagne garde de ces années sombres et des barbaries qui s’y sont déroulées.

 

Que nous apporte la lecture de « La Fondation » ?

Le travail de Buero Vallejo nous offre un regard cru sur la violence physique et morale subie pendant la dictature. De plus, il le fait de manière très visuelle, comme s’il s’agissait d’une peinture.

L’œuvre nous fournit ainsi un regard très critique et une immersion dans l’histoire particulièrement surprenante à la première lecture. Car elle nous place dans le point de vue de Tomás.

Lire aussi :  "Playing to Win: How Strategy Really Works" - Lafley et Martin : Résumé

 

Le théâtre de Buero Vallejo jusqu’à aujourd’hui

Le monde de l’art compte de grands représentants dans son domaine, tels que Gioachino Rossini ou Johannes Vermeer. Toutefois, au sein du théâtre espagnol, le plus grand repère des années 30 reste Buero Vallejo, pour sa maîtrise de l’espace et du dialogue.

Seuls les pauvres savent qu’ils sont pauvres.

Buero Vallejo.

Un roman à la hauteur d’autres œuvres telles que « La famille de Pascual Duarte«  ou « Los pazos de Ulloa« . À parcourir dès à présent ! 

A propos de l’auteur
Lauriane

En tant que spécialiste de la littérature Européenne, j'ai toujours été intéressée par les différentes façons dont les écrivains de différentes cultures abordent leur travail. Je suis née en France, et mes parents étaient tous deux enseignants. J'ai grandi dans un foyer rempli de livres, et mon amour pour la littérature s'est développé très tôt.

J'ai étudié l'anglais à l'université et, une fois diplômée, j'ai déménagé à Londres pour poursuivre ma passion pour l'écriture. Je vis maintenant Nice depuis plus de dix ans, et mon travail a été publié au sein de plusieurs sites Web, magazines et revues spécialisées.

J'ai bien évidemment étudié en profondeur tous les classiques de la littérature espagnole, française, anglaise. Mais ce que j'aime vraiment, c'est explorer le travail d'écrivains contemporains issus de cultures et de milieux différents. À mon avis, il n'y a pas une seule "bonne" façon d'écrire de la littérature. Chaque écrivain a sa propre voix unique, et c'est cette diversité qui rend la littérature si intéressante.

Je crois que chaque personne a une histoire à raconter, et c'est pourquoi je pense qu'il est important d'en parler. C'est ainsi que je m'intéresse particulièrement à la manière dont ils sont influencés par leur milieu culturel. Je crois que la littérature peut être un outil puissant pour comprendre le monde qui nous entoure, et je m'efforce d'apporter cette compréhension à mes lecteurs.

Je suis toujours à la recherche d'écrivains nouveaux et passionnants à lire, et j'espère que mes articles et résumés de livres vous feront découvrir quelques-uns des meilleurs ouvrages contemporains du monde entier. Merci de vous joindre à moi dans ce voyage littéraire !