Aller au contenu
Accueil » Blog » « Don Juan Tenorio » de José Zorrilla : résumé

« Don Juan Tenorio » de José Zorrilla : résumé

Don Juan Tenorio est l’un des chefs-d’œuvre de la littérature espagnole. Écrit par José Zorrilla, il porte à la scène un personnage classique qui, bien qu’existant depuis longtemps, se voit consacré dans ce drame. L’écriture d’un livre à grand succès ne tient pas seulement à son succès à une période donnée, mais aussi au fait que l’histoire continue d’être revisitée. Et que les personnages deviennent des archétypes.

Pendant de nombreuses années, il fut ainsi de tradition que Don Juan Tenorio soit joué dans les théâtres le 1er novembre (jour de la Toussaint).

Lisez la suite pour découvrir ce qu’il se passe dans cette pièce de théâtre qui a traversé les frontières et gagné renommée internationale.

Résumé général de Don Juan Tenorio par José Zorrilla

Don Juan Tenorio est un bel homme, un conquérant qui commence son aventure dans la ville de Séville. Il y rencontre Don Luis Mejía, un autre coureur de jupons comme lui. Un an auparavant, les deux avaient parié afin de déterminer qui pourrait séduire le plus de femmes. Et tuer le plus d’hommes. Don Juan s’en sort vainqueur. Pourtant, ils décident de faire un second pari : le protagoniste doit conquérir une vierge (Doña Inés). Et, en même temps, la future épouse de Don Luis (Doña Ana).

Don Juan ne perd pas de temps et se rend d’abord à la maison de Doña Ana. Malgré quelques déboires avec Don Diego et les autorités, il réussit à la séduire sans trop d’efforts.

Peu après, il se rend au couvent où se trouve Doña Inés et, avec l’aide de Brígida (une procuratrice peu fiable), il l’enlève et l’emmène chez lui. Don Gonzalo, le père de la jeune fille, tente de l’arrêter. Mais lorsqu’il arrive au couvent, sa fille a disparu.

Chez Don Juan, tout ne se passe pas comme prévu. Il a séduit Doña Inés, mais il est aussi tombé amoureux d’elle, chose qui ne lui était jamais arrivé auparavant. Alors qu’ils vivent leur amour, Don Luis arrive, déshonoré par la conquête de Doña Ana. Il est accompagné de Don Gonzalo et de ses hommes, qui recherchent sa fille.

Don Juan demande à Don Luis d’attendre pour résoudre leur conflit, car il veut d’abord demander officiellement la main de Doña Inés. Mais son père la refuse. Lorsque Don Luis entend cela, il se joint à Don Gonzalo pour tenter de tuer notre héros. Malgré leur supériorité en nombre, ce sont eux qui sont tués par le protagoniste, qui s’enfuit en Italie.

Cinq ans plus tard, Don Juan revient à Séville et découvre l’amère réalité : son père et sa bien-aimée Doña Inés sont morts. Don Diego, honteux des actes de son fils, le déshérite et fait construire un cimetière pour ses victimes (directes et indirectes) : Doña Inés, Don Gonzalo, Don Luis et lui-même.

Lorsque Don Juan se rend une nuit au cimetière, il est visité par le fantôme de Doña Inés qui lui demande de se repentir dans la vie pour qu’au paradis, à sa mort, ils puissent être ensemble. Il se moque d’elle, en pensant que tout cela n’est qu’une farce. Pour prouver sa bravoure, il se tourne vers la tombe de Don Gonzalo et l’invite à dîner le soir même.

Et c’est ainsi qu’au beau milieu d’un dîner avec ses amis, le fantôme du père de Doña Iñes apparaît. Don Juan pense toujours que c’est impossible. Il confronte ses amis, pensant qu’ils jouent un tour. Dans le duel, le protagoniste meurt.

Déjà sous forme de fantôme, il rencontre à nouveau Doña Inés. Voyant ce qu’il s’est passé et avec la capacité du pouvoir divin, il se repent et demande le pardon. De cette façon, il parvient à passer dans l’autre monde avec sa bien-aimée.

 

Résumé chapitre par chapitre de Don Juan Tenorio

Comme toutes les œuvres théâtrales, Don Juan Tenorio n’est pas divisé en chapitres, mais en actes. Il se compose de deux parties clairement séparées par un saut dans le temps.

Acte I de la première partie

Don Juan ouvre la pièce dans une auberge sévillane. Caché derrière un masque, il converse avec le propriétaire qu’il interroge sur Don Luis Mejía. L’aubergiste lui dit que l’homme est à Séville et qu’il viendra peut-être à l’auberge aujourd’hui car il y a un an, il a fait un pari avec Don Juan Tenorio. Et aujourd’hui, ils doivent tous deux vérifier qui l’a gagné.

Don Juan en profite pour demander à son serviteur Ciutti d’envoyer une lettre à Doña Inés, une vierge qu’il tente de séduire.

Lire aussi :  Résumé de 30 jours : Change d'habitudes, change de vie par Marc Reklau

Bientôt, Don Luis arrive et s’assoit avec le protagoniste. Tous deux détaillent alors combien de femmes ils ont séduit et combien d’hommes chacun d’eux a tué au cours de l’année. Don Juan l’emporte, ce qui met en colère Don Luis qui décide de le défier à nouveau. Cette fois, Don Juan doit conquérir une vierge (ce qu’il fait déjà avec Doña Inés) mais également la fiancée d’un ami. Comme Don Luis doit épouser Doña Ana le lendemain matin, Don Juan la choisit comme cible.

Toute la conversation est entendue par deux hommes. El Comendador Don Gonzalo, qui est le père de Doña Inés. Et Don Diego, celui du protagoniste. Tous deux avaient convenu que la fille de l’un serait donnée en mariage au fils de l’autre, mais après avoir été témoin des jeux de hasard de Don Juan Tenorio, le Comendador décide de rompre l’accord. Ce que Don Diego n’a d’autre choix que d’accepter.

Don Luis et Don Juan sont arrêtés à la sortie de l’auberge, sur un malentendu.

Acte II de la première partie

Don Luis quitte la prison tôt et se précipite chez sa fiancée. Là, il la supplie de ne pas se laisser prendre aux paroles de Don Juan. Doña Ana lui promet que rien ne se passera et que le lendemain, ils seront mari et femme.

Don Juan, cependant, est plus intelligent. Lui aussi réussit à sortir de prison et se retrouve dans les environs de la maison de Doña Ana. Il sait que Don Luis est là, alors il lui tend une embuscade. Il parvient à le piéger et à laisser la voie libre.

Don Juan appelle alors Lucia, la servante de Dona Ana. S’il a d’abord du mal à la convaincre, grâce à un pot-de-vin, il parvient à obtenir de la jeune fille qu’elle lui donne la clé des chambres de sa maîtresse.

Acte III de la première partie

L’auteur nous emmène d’abord dans la chambre de Doña Inés au couvent. La jeune femme parle à l’abbesse, qui lui annonce que son père a décidé qu’elle ne devait pas quitter le couvent et rester nonne. Doña Inés n’est pas très convaincue par ses paroles, mais les accepte.

Lorsque Don Juan entre, Doña Inés est impressionnée et s’évanouit. Le protagoniste en profite pour la prendre dans ses bras et l’emmener chez lui, comme il l’avait initialement prévu. Ce à quoi il ne s’attendait pas en revanche, c’est qu’il tomberait réellement amoureux de la jeune fille.

Après le départ de Don Juan avec Doña Inés, Don Gonzalo arrive au couvent. L’homme, très contrarié, demande à voir sa fille et l’avertit des plans de Don Juan. Cependant, il est trop tard. Ils se mettent à la recherche de la jeune femme, mais elle n’est déjà plus là.

Acte IV de la première partie

Dans l’une des chambres, Doña Inés se réveille confuse de son évanouissement. Brígida, qui a aidé Don Juan dans son entreprise, lui raconte un mensonge pour justifier son séjour chez Tenorio. Elle lui dit qu’il y a eu un incendie au couvent, qu’elle a perdu connaissance. Mais que par chance, son prétendant l’a sauvée en la ramenant chez elle.

Doña Inés croit le mensonge, mais insiste pour quitter les lieux. Elle sait qu’elle est amoureuse de Don Juan, mais elle sait aussi qu’elle ne devrait pas, alors elle veut fuir. Lorsque les deux amoureux se retrouvent seuls pourtant, ils se demandent en mariage et décident de le dire à Don Gonzalo.

En parallèle, Ciutti annonce à son maître qu’un homme masqué est arrivé et qu’il veut le rencontrer. Cet homme, c’est Don Luis, qui veut provoquer Don Juan en duel parce que ce dernier a commis un affront contre Doña Ana. Avant que le combat ne commence, ils sont interrompus par un nouveau visiteur : le père de Doña Inés. Don Juan demande à Don Luis d’attendre derrière la porte pendant qu’il reçoit Don Gonzalo.

Lorsqu’il entre dans la pièce, Don Gonzalo est prêt à venger l’enlèvement de sa fille mais il trouve un Don Juan à genoux demandant la main de Doña Inés. L’homme cependant ne le croit pas. Le protagoniste n’a d’autre choix que de prouver son honneur par les armes. Ayant surpris toute la conversation, Don Luis sort, réclamant lui aussi sa vengeance. Il s’associe à Don Gonzalo. Le combat se termine une fois les deux hommes morts. Don Juan prend donc la fuite.

Lire aussi :  Résumé de "Doña Perfecta" de Benito Pérez Galdós

Acte I de la deuxième partie

La deuxième partie commence par un saut de cinq ans en avant. Dans un cimetière, Don Juan déguisé rencontre le sculpteur qui a réalisé les tombes, et lui demande ce qui s’est passé.

Nous apprenons que le cimetière était autrefois le manoir des Tenorios, mais que Don Diego a décidé d’en faire un panthéon pour toute les victimes de son fils. Don Juan voit que les tombes sont celles de Don Gonzalo, Don Luis, son propre père et celle de Doña Inés, ce à quoi il ne s’attendait pas. Il demande au sculpteur ce qui est arrivé à la jeune femme. Celui-ci lui explique qu’elle est morte de chagrin après avoir été abandonnée par son amant, Don Juan.

Le sculpteur s’en va, Don Juan reste là un moment. Il s’adresse à Doña Inés en lui demandant pardon et en lui déclarant son amour infini. À ce moment-là apparaît. l’ombre de Doña Inés. Elle lui dit qu’avant de mourir, elle a passé un accord avec Dieu en lui donnant son âme. Le seul moyen de la sauver, c’est que Don Juan, s’il l’aime vraiment, fasse preuve d’un réel repentir. Tenorio est convaincu que tout ce qu’il voit est le fruit de son imagination.

Des amis de Don Juan viennent le chercher et se moquent de lui en le voyant parler à des esprits. Pour montrer sa bravoure, le protagoniste se tourne vers la tombe de Don Gonzalo et l’invite à dîner ce soir-là.

Acte II de la deuxième partie

Don Juan est dans sa nouvelle maison. Il explique que grâce à la faveur d’un empereur, il a pu revenir à Séville malgré ses crimes. Un siège a été laissé libre pour l’éventuelle visite de Don Gonzalo.

Soudain, on frappe à la porte. Il n’y a personne tout d’abord, et puis apparaît le père de Doña Inés. Les amis de Don Juan s’évanouissent.

Don Gonzalo apporte à Don Juan un message de Dieu. Il mourra demain, mais pourra espérer la vie éternelle s’il se repent d’abord de tout ce qu’il a fait. Il lui donne le délai de cette nuit pour le faire après quoi, il disparaît.

Don Juan ne sait pas si l’apparition était réelle, alors il essaie d’invoquer l’esprit de Doña Inés. Celle-ci apparaît à son tour et réaffirme le message de son père en lui promettant que s’il se conforme à la demande de Dieu et accepte sa mort, ils reposeront ensemble pour l’éternité.

Le protagoniste doute encore de la véracité de ce qu’il voit. Lorsque ses amis se réveillent, il les affronte, convaincu que tout cela est un piège. Et ainsi, Don Juan meurt.

Acte III de la partie II

Le lendemain matin, sous la forme d’un fantôme, Don Juan arrive au Panthéon et appelle Don Gonzalo. Il apparaît en esprit et avec lui apparaît une table de banquet pleine de cendres et de feu.

Don Gonzalo lui tend la main et lui indique que c’est sa dernière chance de ne pas aller en enfer. Don Juan cependant pense qu’il n’y a plus de salut pour lui. Lorsque le reste des esprits, à l’exception de celui de Doña Inés, commence à l’entourer, le protagoniste s’agenouille et implore leur pardon.

Alors Doña Inés apparaît. Elle repousse le reste des fantômes et annonce que l’amour a fini par les sauver. Les deux amoureux tombent au sol, leurs âmes s’échappent et se dirigent vers le ciel.

 

Pourquoi lire Don Juan Tenorio?

Comme toute pièce de théâtre, la magie de Don Juan Tenorio réside dans le fait de la voir représentée. Néanmoins, comme le livre est court (un peu plus de deux cents pages) et que de nombreux événements s’y déroulent, le rythme narratif est bon et la lecture est facile et divertissante.

De plus, n’oublions pas que c’est un drame qui est devenu un classique. Don Juan est un personnage qui avait déjà été traité par d’autres auteurs tels que Tirso de Molina dans El Burlador de Sevilla. Cependant, c’est le Don Juan de José Zorrilla qui atteint la plus grande notoriété.

De manière définitive, il s’est imposé comme un symbole de débauche.

Don Juan comme image de la liberté

Le Don Juan de Zorrilla est un homme qui fait passer ses passions, ses désirs, sa fierté et son ego avant tout le reste. Il s’échappe lorsque la justice le poursuit et s’en sort toujours. Dans certains cas, cette attitude a été comprise comme une « liberté ». Et, dans un certain sens, elle l’est. Mais elle conduit aussi à une réflexion sur l’idée que nous nous faisons de la liberté.

Lire aussi :  "Tristan et Iseult" d'Alicia Yllera : Résumé

De nos jours, nous dirions que la liberté de Don Juan laisse l’éthique et la responsabilité au second plan. Ce qui finit par sauver et guérir cette personnalité néfaste du protagoniste, c’est l’amour, conformément aux préceptes littéraires du romantisme, période à laquelle se situe le drame de Zorrilla.

Le personnage à l’heure actuelle

L’idée de l’amour comme salut peut nous sembler ancienne mais si nous y réfléchissons, nous nous rendons compte que de nombreuses histoires d’aujourd’hui suivent la même trame. Nous pouvons penser à des romans tels que Dix pieds au-dessus du ciel de Federico Mocchia (qui a été transformé en film à plusieurs reprises) ou toute série pour adolescents actuelle. Bon nombre d’histoires suivent la ligne de l’homme libertin qui devient « bon », grâce à l’amour d’une femme.

Par conséquent, l’aspect le plus intéressant de la lecture, c’est que nous nous retrouvons devant un personnage et une histoire adapté de manière différente, à l’époque qui est la sienne. Et qui continue de se développer. C’est pour cette raison que l’on parle du mythe de Don Juan.

 

La différence de Zorrilla

Vous ne le savez peut-être pas, mais le Don Juan Tenorio de José Zorrilla est l’une des pièces les plus jouées de l’histoire. Par conséquent, même si vous y accédez en tant que lecteur et non en tant que spectateur, vous serez en présence d’un véritable drame historique.

Si nous pouvons avoir l’impression qu’il y a une grande distance entre la pièce et notre époque actuelle, elle n’est pas si grande en réalité. Il s’agit d’un drame écrit à l’apogée du romantisme, d’où l’importance du salut divin qui n’est pas dénué de moralisme. Mais nous ne pouvons pas non plus ignorer le fait qu’il s’agisse de sentiments universels comme l’amour et la liberté. Bien qu’ils soient exagérés et dramatisés, le lecteur peut se connecter avec eux. Ainsi que réfléchir aux limites de chacun.

Si vous envisagez d’entrer dans le monde du théâtre et que vous voulez commencer par un drame unique, choisissez Don Juan Tenorio. Vous en ressortirez avec des idées (et idéaux) que vous verrez plus tard reflétés dans de nombreuses autres œuvres.

A propos de l’auteur
Lauriane

En tant que spécialiste de la littérature Européenne, j'ai toujours été intéressée par les différentes façons dont les écrivains de différentes cultures abordent leur travail. Je suis née en France, et mes parents étaient tous deux enseignants. J'ai grandi dans un foyer rempli de livres, et mon amour pour la littérature s'est développé très tôt.

J'ai étudié l'anglais à l'université et, une fois diplômée, j'ai déménagé à Londres pour poursuivre ma passion pour l'écriture. Je vis maintenant Nice depuis plus de dix ans, et mon travail a été publié au sein de plusieurs sites Web, magazines et revues spécialisées.

J'ai bien évidemment étudié en profondeur tous les classiques de la littérature espagnole, française, anglaise. Mais ce que j'aime vraiment, c'est explorer le travail d'écrivains contemporains issus de cultures et de milieux différents. À mon avis, il n'y a pas une seule "bonne" façon d'écrire de la littérature. Chaque écrivain a sa propre voix unique, et c'est cette diversité qui rend la littérature si intéressante.

Je crois que chaque personne a une histoire à raconter, et c'est pourquoi je pense qu'il est important d'en parler. C'est ainsi que je m'intéresse particulièrement à la manière dont ils sont influencés par leur milieu culturel. Je crois que la littérature peut être un outil puissant pour comprendre le monde qui nous entoure, et je m'efforce d'apporter cette compréhension à mes lecteurs.

Je suis toujours à la recherche d'écrivains nouveaux et passionnants à lire, et j'espère que mes articles et résumés de livres vous feront découvrir quelques-uns des meilleurs ouvrages contemporains du monde entier. Merci de vous joindre à moi dans ce voyage littéraire !