Aller au contenu
Accueil » Blog » Montesquieu : Les Lettres Persanes. Résumé de l’œuvre

Montesquieu : Les Lettres Persanes. Résumé de l’œuvre

« Les Lettres persanes » voient le jour en 1721 à Amsterdam, publiées sous anonymat. À cette époque, Montesquieu, magistrat provincial issu de la noblesse de robe, opte pour l’anonymat afin d’échapper à la censure sévissant dans les milieux littéraires.

Ce roman épistolaire, format peu répandu à l’époque, gagne rapidement en popularité. Jean-Jacques Rousseau lui-même adoptera ce style pour « La Nouvelle Héloïse » en 1761. L’originalité de l’ouvrage réside dans la diversité des correspondants et des styles. Portraits incisifs, satires mordantes et réflexions philosophiques se mêlent harmonieusement.

Dès sa parution, le roman rencontre un succès fulgurant. L’exotisme des personnages, l’intrigue parallèle se déroulant dans un harem, et son ton joyeusement irrévérencieux captivent les lecteurs. Toutefois, « Les Lettres persanes » ne se limitent pas à une simple satire. Montesquieu y esquisse les prémices des idées qu’il approfondira plus tard dans « De l’Esprit des lois » en 1748, jetant les bases de sa future pensée philosophique et politique.

« Les Lettres persanes » est finalement bien plus qu’un simple récit épistolaire. C’est un miroir critique tendu à la société, un appel à la réflexion et à son propre examen de conscience. Avec une ironie délicate et une intelligence aiguë, Montesquieu nous invite à considérer notre propre monde sous un nouvel éclairage, à remettre en question nos certitudes et à embrasser la quête de la vérité et de la compréhension. Préparez-vous à une lecture enrichissante, où l’esprit et la sagacité de Montesquieu vous guideront à travers les complexités et les merveilles de l’humanité.

 

Résumé court des Lettres Persanes

« Les Lettres persanes » narrent le périple de deux Persans, Usbek et Rica, venus découvrir Paris. Leur séjour de huit ans leur offre l’opportunité d’observer en profondeur la société française, ses coutumes, et ses traditions religieuses et politiques, qu’ils relatent à leurs correspondants restés en Perse.

Usbek, grand seigneur persan, quitte Ispahan avec son ami Rica pour entreprendre un voyage prolongé à Paris. Il laisse derrière lui ses cinq épouses (Zachi, Zéphis, Fatmé, Zélis et Roxane) sous la garde de plusieurs eunuques noirs et blancs. Tout au long de son voyage et de son séjour parisien (1712-1720), Usbek échange des lettres avec des amis rencontrés en chemin, dans lesquelles il décrit avec une apparente naïveté les mœurs et la vie de la société française du XVIIIe siècle, avec une attention particulière à la politique.

Au fil du temps, divers troubles émergent dans le sérail, et à partir de 1717, la situation se détériore gravement. Usbek ordonne à son chef des eunuques de réprimer les désordres, mais son message arrive trop tard. Une révolte éclate, entraînant la mort de la plupart des eunuques et de ses épouses. Sa favorite Roxane, poussée par la vengeance, finit aussi par se suicider.

Résumé long des Lettres Persanes

Publié anonymement en 1721, « Les Lettres persanes » de Montesquieu est un roman épistolaire qui critique la société française du XVIIIe siècle à travers les yeux de deux nobles persans, Usbek et Rica. En voyage en Europe, ces deux personnages échangent une correspondance détaillée avec leurs amis et confidents en Perse, offrant une perspective extérieure et souvent satirique sur les mœurs, les coutumes et les institutions françaises.

Lettres 1-21 : Le voyage d’Ispahan à Paris

Le roman commence par le départ d’Usbek et Rica d’Ispahan, la capitale de la Perse. Usbek, un grand seigneur persan, décide de quitter son pays pour entreprendre un voyage à Paris, accompagné de son jeune ami Rica. Ils laissent derrière eux le sérail d’Usbek, comprenant ses cinq épouses (Zachi, Zéphis, Fatmé, Zélis et Roxane) sous la protection de plusieurs eunuques noirs et blancs. Durant leur voyage, les deux amis découvrent et commentent les diverses cultures et sociétés qu’ils rencontrent en chemin, avant d’arriver finalement à Paris en mai 1712.

Lire aussi :  Résumé de "Vingt mille lieues sous les mers", de Jules Verne

Lettres 22-89 : Paris sous le règne de Louis XIV

À Paris, Usbek et Rica sont frappés par les différences entre la société française et leur propre culture persane. Usbek observe la vie parisienne avec un œil critique, abordant des sujets variés tels que la religion, la politique, les relations sociales, et la condition des femmes. Il s’étonne des pratiques religieuses des Français et de l’influence de l’Église catholique, souvent avec une ironie mordante. Rica, plus jeune et plus frivole, offre un regard plus léger et souvent humoristique sur la vie parisienne. Leur correspondance avec des amis en Perse et des mollahs est pleine de réflexions philosophiques et satiriques sur les absurdités et les injustices qu’ils perçoivent.

Lettres 90-137 : La Régence de Philippe d’Orléans

Avec la mort de Louis XIV en 1715 et l’avènement de la Régence de Philippe d’Orléans, Usbek et Rica continuent de décrire les changements politiques et sociaux en France. Usbek critique les excès et la corruption de la régence, ainsi que le système de Law, une réforme financière menée par John Law qui aboutit à une crise économique. Ces lettres montrent également les tensions croissantes dans le sérail en Perse, où les eunuques et les épouses d’Usbek se disputent le pouvoir en son absence.

Lettres 138-150 : L’effondrement du sérail d’Ispahan

Les dernières lettres de l’ouvrage relatent la détérioration du sérail d’Usbek à Ispahan. Les troubles internes s’intensifient et les tensions culminent en 1717 lorsque Usbek, sentant son autorité vaciller, ordonne à son chef des eunuques de réprimer les révoltes. Malheureusement, son message arrive trop tard. Une rébellion éclate, entraînant la mort de la plupart des eunuques et des épouses, ainsi que le suicide de sa favorite Roxane. Elle laisse une lettre poignante révélant sa haine envers Usbek et sa quête de vengeance.

« Les Lettres persanes » se termine sur cette note tragique, soulignant les thèmes de la liberté, de l’autorité, et des contraintes sociales et culturelles. Par ce roman épistolaire, Montesquieu offre une critique acérée et souvent satirique de la société française, tout en posant des questions profondes sur la nature humaine, le pouvoir, et la relativité des normes culturelles.

 

Comment furent accueillies Les Lettres Persanes ?

« Les Lettres Persanes » ont définitivement marqué leur époque. Le texte a connu un grand succès car il abordait, avec satire et ironie, des sujets brûlants souvent censurés. Influencé par les penseurs anglais et les nouvelles idées en Europe, Montesquieu a choisi un point de vue oriental pour critiquer l’Occident. Ce geste novateur est l’un des premiers exemples de ce que Claude Lévi-Strauss a appelé plus tard le « relativisme culturel ».

La liberté de ton présente dans cette œuvre n’aurait pas été envisageable sans l’anonymat de son auteur. Face à la censure de l’époque, Montesquieu a pris la précaution de publier son roman à Amsterdam sans révéler son identité. De plus, il a remplacé les noms par des périphrases, comme « le chef des chrétiens » pour désigner le pape ou « le prince » pour Louis XIV, afin de contourner toute forme de répression.

Un mot sur l’auteur

Montesquieu est né en 1689. Il étudie le droit à Bordeaux puis à Paris, où ses parents le destinent à une carrière de parlementaire. À Paris, il fréquente les milieux savants et lettrés. Cependant, il retourne à Bordeaux pour devenir conseiller au parlement après être entré dans la noblesse de robe.

En 1715, il épouse Jeanne de Lartigue, une protestante, ce qui montre leur grande ouverture d’esprit, surtout après la révocation de l’Édit de Nantes en 1685 par Louis XIV.

Entre 1728 et 1731, il voyage en Hongrie, en Italie, en Hollande et en Angleterre, où il reste plus d’un an. Ces voyages lui permettent d’observer la géographie, l’économie, les mœurs et les coutumes politiques des pays européens. De retour en France, Montesquieu se consacre à l’étude de l’histoire et, pendant 14 ans, travaille sur son œuvre majeure, De l’esprit des lois, publiée en 1748. Il meurt en 1755.

Lire aussi :  Résumé du livre « Bel-Ami » de Guy de Maupassant

À quel genre littéraire appartient Les Lettres Persanes ?

Contrairement à ce que son titre pourrait laisser penser, les Lettres Persanes relèvent du genre romanesque. Ce recueil épistolaire, composé de 161 lettres, a rencontré un grand succès dès sa publication en 1721. Ce récit de voyage fait un usage fréquent de l’ironie. Montesquieu y raille les excès de la monarchie française ainsi que les absurdités de la vie européenne, particulièrement à Paris. Les dernières lettres adoptent plutôt un ton pathétique, alors que Roxane, la maîtresse d’Uzbek, exprime sa révolte avec force et désespoir.

Les Lettres Persanes sont un exemple de lettres satiriques, un genre qui remonte à l’époque latine. Elles se caractérisent par leur moquerie voire leur caricature d’un sujet, dans le but de le critiquer.

Quels sont les thèmes abordés dans Les Lettres Persanes ?

Les Lettres Persanes de Montesquieu abordent une variété de thèmes qui reflètent les préoccupations sociales, politiques et culturelles de son époque.

Critique de la société française

Montesquieu utilise les personnages persans pour critiquer subtilement la société française, notamment la monarchie absolue, la noblesse, l’Église et les mœurs de la cour.

Comparaison des cultures

Les Persans observent et commentent les différences culturelles entre l’Orient et l’Occident, offrant ainsi une perspective comparative sur les institutions politiques, sociales et religieuses.

Les échanges de lettres entre les Persans transportent le lecteur dans la réalité de l’Orient. Montesquieu offre une profusion de détails sur les coutumes persanes : Usbek et Rica utilisent le calendrier musulman et des expressions propres à leur langue, ce qui confère une authenticité et une ambiance locale à chaque lettre. La description du harem, la présence des eunuques et les références au despotisme oriental et à l’islam permettent aux lecteurs français de se plonger dans l’exotisme de cet Orient lointain.

La quête de la vérité et de la sagesse

Certains personnages persans cherchent à comprendre les valeurs et les principes fondamentaux de la société française, ainsi que les raisons de son fonctionnement.

La critique religieuse

Montesquieu aborde la question de la religion, mettant en lumière l’intolérance religieuse et critiquant l’emprise de l’Église sur la société française.

La liberté individuelle et la morale

Les Lettres Persanes soulèvent des questions sur la liberté individuelle, la morale et les contraintes sociales qui pèsent sur les individus au sein de la société française.

Satire politique

À travers les personnages d’Usbek et de Rica, Montesquieu exprime une série de critiques. Pour échapper à la censure royale, il dresse une satire incisive de la fin du règne de Louis XIV, symbole de la monarchie absolue de droit divin, ainsi que de la Régence de Philippe d’Orléans. Il dénonce les cercles parisiens, dépeignant un monde où les caprices d’une mode ridicule règnent en maîtres (comme dans la lettre 99), et décrit Paris comme une ville constamment agitée (lettre 24).

Cette critique des mœurs est également religieuse. La confrontation entre l’islam des Persans et le christianisme en France permet à Montesquieu de ridiculiser les rites, les cérémonies et le clergé. Cependant, Montesquieu ne prône pas l’athéisme à travers ses personnages persans ; il loue plutôt une religion naturelle basée sur l’humanité, comme le souligne Usbek dans la lettre 46 en affirmant que quelle que soit la religion, l’observance des lois, l’amour pour autrui et la piété envers les parents sont toujours des actes primordiaux de religiosité.

La politique est également critiquée. Montesquieu dénonce l’absolutisme d’un roi despotique, dépensier et instable. À travers Usbek et Rica, il interroge le fonctionnement des institutions, notamment la justice, et explore les principes de la nature humaine, préfigurant ainsi les réflexions qu’il développera dans son œuvre majeure De l’Esprit des Lois en 1748.

Lire aussi :  Résumé du livre "Mémoires de deux jeunes mariées" de Honoré de Balzac

Montesquieu exprime également sa réflexion politique et philosophique à travers l’histoire du peuple fictif des Troglodytes, que Usbek relate à Mirza. Cette fable morale illustre la nécessité de la vertu comme fondement de la vie en société et comme élément essentiel d’un bon gouvernement.

La condition féminine

Les Lettres Persanes offrent également des réflexions sur la condition des femmes dans la société française, mettant en lumière les restrictions et les injustices auxquelles elles sont confrontées.

Ces thèmes, parmi d’autres, contribuent à faire des Lettres Persanes une œuvre riche et complexe, qui offre une vision perspicace de la société française du XVIIIe siècle.

Les Lettres Persanes ont laissé leur empreinte dans leur époque et continuent d’exercer une influence sur la nôtre. Ce texte a connu un immense succès en raison de sa tonalité satirique et ironique, qui osait aborder des sujets sensibles généralement soumis à la censure, tels que les excès des gouvernants comme Louis XIV, la soumission aveugle à l’Église et l’intolérance religieuse. Cette œuvre révèle l’influence des penseurs anglais et témoigne de la sensibilité de Montesquieu aux nouvelles idées en Europe. En adoptant un regard oriental sur l’Occident, elle offre une critique perspicace de la société de l’époque. De plus, elle offre des éclairages précieux sur notre propre époque et nous met en garde contre les dangers de ses dérives.

A propos de l’auteur
Lauriane

En tant que spécialiste de la littérature Européenne, j'ai toujours été intéressée par les différentes façons dont les écrivains de différentes cultures abordent leur travail. Je suis née en France, et mes parents étaient tous deux enseignants. J'ai grandi dans un foyer rempli de livres, et mon amour pour la littérature s'est développé très tôt.

J'ai étudié l'anglais à l'université et, une fois diplômée, j'ai déménagé à Londres pour poursuivre ma passion pour l'écriture. Je vis maintenant Nice depuis plus de dix ans, et mon travail a été publié au sein de plusieurs sites Web, magazines et revues spécialisées.

J'ai bien évidemment étudié en profondeur tous les classiques de la littérature espagnole, française, anglaise. Mais ce que j'aime vraiment, c'est explorer le travail d'écrivains contemporains issus de cultures et de milieux différents. À mon avis, il n'y a pas une seule "bonne" façon d'écrire de la littérature. Chaque écrivain a sa propre voix unique, et c'est cette diversité qui rend la littérature si intéressante.

Je crois que chaque personne a une histoire à raconter, et c'est pourquoi je pense qu'il est important d'en parler. C'est ainsi que je m'intéresse particulièrement à la manière dont ils sont influencés par leur milieu culturel. Je crois que la littérature peut être un outil puissant pour comprendre le monde qui nous entoure, et je m'efforce d'apporter cette compréhension à mes lecteurs.

Je suis toujours à la recherche d'écrivains nouveaux et passionnants à lire, et j'espère que mes articles et résumés de livres vous feront découvrir quelques-uns des meilleurs ouvrages contemporains du monde entier. Merci de vous joindre à moi dans ce voyage littéraire !